Le g´eophysicien s’intéresse aux propriétés ´electriques des sols et roches car, comme par exemple la densit´e ou la susceptibilité magnétique, elles permettent de caractériser et d’imager le sous-sol. Les propriétés électriques peuvent etre mesur´ees de plusieurs façons. Les trois propriét´es fondamentales sont :
1. l’activité électrochimique : base de la polarisation spontanée (P.S.) ;
2. la résistivité : facilit´e avec laquelle on peut faire passer un courant éectrique dans la roche ;
3. la constante diélectrique : capacité des roches à emmagasiner de l’énergie et à la restituer ; à la base de la polarisation provoquée (P.P.).
La mesure de ces propriétés permet d’atteindre une trés vaste échelle de profondeurs d’investigation (Sondages DC : quelque métres - Mag étotellurique : 20 `a 100 km). Elles peuvent également permettre de faire ressortir des structures invisibles `a d’autres méthodes (par exemple la table d’eau est trés souvent mieux d´efinie par les méthodes électriques).
Ces trois propriétés sont à la base des méthodes électriques présent´ees dans ce cours. On retrouve cette matiére dans Telford et al. (1990) aux chapitres 5, 6, 8 et 9, et dans Keary et Brooks (1991) au chapitre 8. Le dénominateur commun aux méthodes présentées dans ce chapitre est qu’on mesure un potentiel électrique. Par ailleurs, les memes propriétés seront utiles en prospection électromagnétique (EM) (méthodes présentées à la suite de cette partie). C’est la façon dont les courants électriques sont générés qui fait la différence fondamentale entre les méthodes DC et EM.